dimanche 1 février 2009

Un billet explicatif

Destiné à ceux avec lequel j’ai parlé ces derniers temps… J’ai pourtant bien essayé de vous sembler en bonne forme physique et mental! As usual. Mais vous savez c’est vraiment, vraiment pas facile de s’adapter à un nouveau pays. J’ai eu beau demander à des personnes expatriées qui habitent la France depuis quelques années, je me demande toujours comment elles ont fait. Bien souvent elles ont des enfants, ça leur permet surement de se concentrer sur autre chose que leur nombril comme moi!

Que se passe-t-il? Et bien imaginez-vous du jour au lendemain dans l’appartement d’un ami. Vous vous adaptez à sa façon de vivre facilement, parce que vous êtes en vacances et que vous vous dites c’est normal je ne suis pas chez moi. Vive le dépaysement! Ça dure habituellement 2 semaines ou peut-être 3. Ensuite, vous commencez à avoir hâte de vous retrouver dans vos affaires. Retrouver vos habitudes, vos manies, votre routine. Et bien moi c’est ce qui m’arrive au bout de 1 an.

Retrouver mon confort. Parce que l’on a beau chialer contre les hivers québécois, mais sacrament qu’il fait chaud lorsque l’on entre dans la maison.

J’ai travaillé fort au Québec pour avoir une vie confortable, autonome et indépendante. Mais j’étais seule.

Ici, je suis Amoureuse mais je n’ai rien d’autre. Voilà pourquoi je suis si désemparée. Je suis dans la même situation financière, que j’étais à 25 ans. J’en ai 37.

Notre appart c’est un trois et demi et une fin de semaine sur deux on dort dans le salon. Il est pas chauffable ça prend 4 heures pour arriver à 20 degrés, et la cuisine est pourrie et faut calculer l’eau chaude.

Oui, le sud de la France c’est glamour. Mais que pour les touristes et les retraités.



Edit: J'ai changé post par billet dans le titre...

9 commentaires:

Anonyme a dit...

C'est bien illustré. Tu as choisi une bonne comparaison.
Je t'aime et lâche-moi un coup de fil quand tu auras le temps.
isaxxxx

Anonyme a dit...

Dis-toi que l'été s'en vient chez vous aussi... Pis tu vas être biiien!!!!
isaxx

Danielle a dit...

Ah, ma poulette!!!!!!!!! Ca me rend triste de te lire comme ça mais dis-toi que les enfants, oui ça occupe, mais le vide est là quand même!!
Moi aussi ma situation financière a baissé alors qu'au Québec je commençais à bien gagner ma vie... moi aussi j'ai l'impression de n'avoir rien d'autre que d'être amoureuse...
Ce que tu vis, je le ressens à chaque instant... C'est tellement dommage que tu sois aussi loin!!! On pourrait au moins se faire des après-midi de filles... autour d'un café ou d'une bière... ou juste se parler, sans faire attention, avec nos accents, nos expressions, nos jokes qu'on est toutes seules à comprendre...

J'espère que ce moment viendra et en attendant je souhaite que tu te trouves un travail, ou qu'il y ait quelque chose pour occuper ton esprit et éviter de trop, trop tomber dans la nostalgie et la tristesse!

Je t'embrasse, je pense à toi!! N'aie pas peur de montrer tout ça!! T'as le droit de ne pas tomber en amour avec la France comme ça, d'un claquement de doigts!! Ceux à qui c'est arrivé sont venus pour un travail super bien payé, ils voyagent, font ce qu'ils veulent... s'amusent!! c'est sûr que c'est facile dans ce temps-là de bien s'adapter!!! Alors que nous, on a froid, et tout est trop cher!

Courage!!

Jennie a dit...

C'est pareil pour moi... Je suis toute seule ici. Pas d'amis, pas de vraie carrière, pas beaucoup d'argent...

Les français pensent que je suis folle parce que je veux immigrer au Québec. "Il fait trop froid là-bas" disent-ils. A l'extérieur, oui, mais a l'intérieur, il y a du chauffage, ce qui est jamais le cas en France... il fait 14 dans mon apparte ici quand je me leve le matin. :( Et jamais assez d'eau chaude pour même deux douches. Après, que l'eau froide pour la vaisselle et le linge et laver les mains.

La vie est meilleure en Amérique du Nord, j'en suis sûre. Je peux gagner 2 ou 3 fois mon salaire francais en faisant la même chose. Et en plus, la coûte de la vie n'est pas assez cher.

L'argent ne compte pas pour tout, mais j'en ai marre de vivre comme ça...

Désolée... je pense que je suis désemparée aussi.

Blue a dit...

C'est vrai que ce n'est pas évident. Honnêtement, un peu plus de cinq ans de vie en France n'ont pas suffit pour me faire tomber en amour avec ce pays. La vie y est dure (stressante, chère, mauvais climat social) et les gens aussi sont durs. Bon courage!

Taz a dit...

En effet les filles , tout ce que vous me dites c'est la triste réalité.Je n'osais pas trop parler du climat social, comme ça ne fait qu'1 an que je suis ici.
Tant mieux Isa si ma comparaison te fait voir un peu ma situation.

J'ai hâte aussi Danielle de me trouver du travail ça va sûrement me changer les idées.

Jenny juste avant d'écrire ce billet j'avais lu le tien: "Thoughts and Rambling" avec lequel je m'y suis beaucoup retrouvée.

Blue je me demande comment est la vie en Grèce? L'adaptation là-bas ne doit pas être évidente non plus.

C'est dommage car j'étais arrivée ici remplie de bonne volonté! Maintenant je me sens devenir amère...

Docteur Maman a dit...

Je me reconnais tellement moi aussi! Dans mon cas, c'était Israël, et quand je me plaignais du froid (à l'intérieur bien sûr) les gens me disaient "mais pourtant, t'es habituée!" Non, on n'est pas habitués à geler ici, comme tu dis les maisons sont bien chauffées.
Je me reconnais aussi dans ta comparaison avec quelqu'un en vacances, c'est plus long quand on émigre mais c'est le même sentiment.
Comme tous, je te souhaite de te trouver du travail le plus vite possible. Il n'y a rien de tel que de te sentir en contrôle de ta vie pour renverser le sentiment qui est le tien en ce moment. Je parle en connaissance de cause: les deux dernières années (sur six) de mon séjour à l'étranger, j'avais enfin un emploi et du jour au lendemain, je me suis sentie chez moi.
Et surtout n'hésite pas à te défouler sur ton blog, c'est à ça que ça sert! :o)

Taz a dit...

Tu as du trouver ça bien long pendant toutes ces années sans travail. Comment occupais-tu ton temps?
Pour le travail, je suis toujours en attente de mon titre de séjour. Mais même si je l'avais, je me demande si ça changerait quelque chose.
Merci pour ton commentaire c'est rassurant les expériences similaires!

Docteur Maman a dit...

En fait, j'ai travaillé au kibbutz mais c'était un travail volontaire. J'ai travaillé aux cuisines, à la garderie, aux poulaillers, à la buanderie, à l'usine, à cueillir les cerises... c'était mieux que de ne rien faire et ça me permettait de rencontrer des gens. Mais ça ne me donnait pas l'impression de mon autonomie.
Néanmoins, je réalise que j'aurais dû te suggérer ça aussi: faire du bénévolat. Est-ce que c'est aussi facile qu'ici? Si oui, ça peut être une super façon d'occuper ton temps et de te sentir utile. :o)